Le calcaire de Creully - Les litages obliques

Les litages obliques constituent de bons marqueurs de polarité des couches sédimentaires. En effet, le sommet des litages obliques est tronqué par l'érosion alors que leur base est asymptotique avec la partie inférieure du banc. (autres inforamtions sur les rides)

Diagramme montrant des litages entrecroisés produits par des migrations de mégarides.

Modified after Pettijohn, 1957

Diagramme montrant des litages entrecroisés en sections horizontales, transversales et longitudinales. Les surfaces de bancs sont planes.

Modified after Pettijohn, 1957


La vue aérienne permet l'observation des mégarides en plan horizontal. Chaque forme arquée correspond à une mégaride de milieu tidal. Les arcs plus foncés correspondent à des dépôts de morte-eau, plus fins et plus altérables. Les arcs clairs correspondent à des dépôts de vive-eau, plus massifs.
Il est possible d'évaluer la vitesse de progradation de ces mégarides à quelques 30 mètres par an.
photo de P. GIGOT (Univ. de Caen)

Photo commentée
Litages obliques

Les sédiments ont été déposés par des courants de marée, sous une faible tranche d'eau (5 à 20 m).
Les lits argileux, sombres et peu épais, ont été déposés pendant des périodes de morte-eau, par des courants de faible énergie.
Les lits calcaires, bioclastiques, clairs et épais, ont été déposés pendant des périodes de vive-eau, par des courants de forte énergie.
Un faisceau tidal, délimité par deux lits argileux, correspond à la sédimentation d'un cycle de marée soit 14 jours (généralement ces faisceaux sont partiellement effacés par la diagenèse).

Le calcaire de Creully - Les litages obliques