Altération et érosion du Granite de Chausey
les Iles Chausey (Manche)

Sous la surface, là où il y a contact permanent avec l’eau d’infiltration, le granite s’altère et se transforme progressivement en arène. Sur le littoral, la mer évacue l’arène granitique et met à nu le granite qui se trouve alors directement exposé à l’érosion.

Granite altéré (à gauche) : la surface est rugueuse et de couleur brune.
Granite sain (à droite) : la surface est presque lisse, sans cristaux proéminents, et de couleur gris bleuté. Les cristaux sont fortement engrenés les uns dans les autres.

Détail de la surface d’un granite altéré (granite "pourri").
Les grains perdent leur cohérence après désagrégation des biotites par l’eau. Les minéraux plus résistants apparaissent en relief et le granite devient friable.
La teinte brune est due à la libération d’oxyde de fer au cours de l’altération de la biotite.

Réseau de diaclases dans un ancien front de taille
Le granite est une roche massive très cohérente, mais il est fracturé par de nombreuses diaclases qui représentent autant de voies de circulation pour l’eau d’infiltration responsable de son altération.

Diaclases dans le granite
Après avoir traversé le couvert végétal, l’eau pénètre dans les diaclases.
Au contact de l’eau, les biotites et certains feldspaths se désagrègent ; le granite perd sa cohérence et se transforme en arène granitique. Cette dernière remplit les diaclases qui s’élargissent progressivement.
En progressant vers l’intérieur des blocs de granite, l’altération aboutit à la formation d’écailles concentriques de granite altéré autour d’une boule de granite sain.

Bloc de granite isolé altéré en périphérie.
La surface de cassure de ce bloc présente une bordure de teinte un peu rouille caractéristique de l’altération du granite. L’altération a débuté à la périphérie au contact de l’eau présente dans les diaclases, quand le bloc était entier et en place ; elle a progressé vers l’intérieur du bloc sur quelques centimètres d’épaisseur. Le processus est maintenant stoppé car les bordures du bloc ne sont plus en contact permanent avec l’eau.
A survoler

Granite en boules
Après érosion, avec le départ du couvert végétal et de l’arène granitique issue de l’altération, il reste sur place des boules granitiques dont la surface se desquame en pelure d'oignon après altération périphérique du granite.

Boules de granite et débit en "pelure d'oignon"
Cet aspect a été acquis alors que ces blocs de granite étaient en profondeur, délimités par des diaclases remplies d’eau, l’altération ayant progressé de la périphérie vers le centre.
A survoler

Rochers granitiques en équilibre isolés sur le platier rocheux
Ces blocs granitiques se sont retrouvés isolés par l’érosion, après déblaiement des blocs voisins et de l’arène granitique issue de l’altération.

Rocher de l’éléphant, situé au NW de l’île
L’altération et l’érosion façonnent des rochers aux formes évocatrices. Ici on peut « voir », sous un certain angle, un éléphant avec sa trompe relevée. Cette masse de granite, qui a résisté à l’altération, a été dégagée par l’érosion littorale. Un autre angle de vue permet de constater qu’elle est parcourue de larges diaclases verticales.
A survoler

Erosion actuelle des rochers granitiques :
La surface de certains rochers granitiques littoraux est creusée de cavités arrondies résultant d’une désagrégation du granite sous l’action des embruns. Ces « taffoni » sont semblables à ceux qui se forment sous les climats désertiques.
A survoler

Figures d’érosion à la surface de rochers granitiques
Ces rigoles ont été creusées en surface probablement par écoulement superficiel des eaux. Elles évoquent les lapiez creusés dans les calcaires.
A survoler

Altération et érosion du Granite de Chausey
les Iles Chausey (Manche)