La Baie du Mont-Saint-Michel (Manche)
Socle briovérien - Page 1 - massif de leucogranite du Mont-Saint-Michel

Des pointements de leucogranite cadomien traversent le substratum briovérien schisteux de la baie de Mont-Saint-Michel. Deux d’entre eux constituent les îlots rocheux du Mont-Saint-Michel et de Tombelaine ; localisés au fond de la baie ils sont encercléss par la mer à chaque marée. Un peu plus récents que la granodiorite cadomienne qui constituent la plupart des massifs granitiques de Normandie, ces leucogranites se sont mis en place il y a 225 Ma, après la fin de l’orogenèse cadomienne. En profondeur, ils sont rattachés aussi à la même zone crustale, le vaste batholite granodioritique de la Mancellia.

Le Mont-Saint-Michel expose le leucogranite dans de bonnes conditions, à l’intérieur du Mont et, à marée basse, sur son pourtour. Avnat d’entreprendre le tour du Mont, il est indispensable de consulter les horaires de marée pour ne pas être surpris par la marée haute, surtout lors des marées de vives eaux

Le Mont, face Sud-Est
L’abbaye du Mont-Saint-Michel est solidement ancrée au sommet d’un îlot granitique de 78 m de hauteur et d’environ 900 m de circonférence. Le granite du Mont est recouvert par le village médiéval qui s’étend à ses pieds sur tout le flanc Sud-Est jusqu’au rempart, de la Porte du Roi au Bastillon de la Tour Boucle. Le granite affleure au Sud (à gauche sur la photo), dans un secteur particulièrement abrupt.
A survoler

Affleurement de granite sous la terrasse et l’échauguette de la Pillette
La roche est massive et fracturée. En dehors des zones d’arrachement de blocs, on distingue des formes arrondies qui résultent de l’altération en boules du granite.
A survoler

Au pied du Mont, le granite commence à affleurer au-delà du Bastillon de la Tour Boucle, sous l’extrémité NE du rempart montant jusqu’à la Tour Nord.
Le haut des rochers, recouvert de lichens incrustants orange, subit les embruns et n’est atteint par la mer qu’aux marées de vives eaux. Par contre, la base des rochers, incrustée de lichens noirs, est recouverte à chaque marée haute.
Avant de poursuivre le tour complet du Mont, il est impératif de tenir compte des horaires de marée.
Affleurement sous la Tour Nord   Les diaclases découpent le granite en gros blocs polyédriques. Un puits fermé indique la présence d’une source, au débit très faible.
Début d’altération en boules
En permettant l’entrée de l’eau, les nombreuses diaclases facilitent le processus d’altération du granite. Ainsi, les blocs de granite découpés par le réseau de diaclases s’arrondissent sous l’effet de l’altération.
Le Mont, face Nord-Ouest   Le granite affleure largement à la base du Mont sur tout son flanc nord et ouest, jusqu’à la Tour Gabriel. 
Attention, il n’est accessible qu’à marée basse !
A survoler
L’érosion a façonné un promontoire granitique sur lequel a été construite la chapelle Saint-Aubert
On distingue bien la zone aux lichens orange atteinte par les plus hautes mers.
Le granite est particulièrement bien exposé entre la chapelle Saint-Aubert et la Tour Gabriel, à marée basse. Il présente ici une teinte légèrement rose, bien visible sur une cassure fraîche.
A survoler
Caractéristiques pétrographiques du granite
 Le granite du Mont-Saint-Michel est composé essentiellement de quartz, gris vitreux, et de feldspaths alcalins, rosés. Il contient aussi un peu de biotite, noire, et de muscovite, en paillettes brillantes (taches blanches sur la photo).
La pauvreté en minéraux ferro-magnésiens sombres et la présence de muscovite en font un leucogranite.
A survoler
La rampe de la Tour Gabriel permet de pénétrer à l’intérieur du Mont et de rejoindre le chemin de ronde qui longe le granite sur lequel s’appuient les fondations de l’abbaye.
Affleurement du granite sous les fondations de l’abbatiale, au sommet de la montée et au niveau du monte-charge
A survoler
Filons de quartz dans le granite
En bordure du chemin de ronde, le leucogranite, gris clair sur une cassure fraîche, est parcouru par un lacis de filons de quartz blanc.
A survoler
Vue rapprochée du leucogranite
Le leucogranite présente ici un faciès gris très clair. La teinte grise est liée à la présence de feldspaths alcalins blancs qui accompagnent le quartz vitreux. On observe aussi des paillettes de muscovite et quelques cristaux de biotite noire.
Les leucogranites résultent de montées intrusives tardives de magma de relativement basse température ; ils constituent des plutons de petite taille qui, après érosion de l’encaissant, affleurent sous forme de pointements rocheux granitiques.
A survoler
Autre affleurement de granite
Cet affleurement, encadré par deux murs maçonnés, présente un début d’altération en boules dans sa partie inférieure. L’altération provoque une desquamation qui fait apparaître des zones plus claires dépourvues de patine brune.
A survoler

La Baie du Mont-Saint-Michel (Manche)
Socle briovérien - Page 1 - massif de leucogranite du Mont-Saint-Michel