De Granville à Coutances (Manche)
Géologie et Bâti - Page 2 - Granville

A Granville, les schistes briovériens ont fourni des matériaux de construction peu coûteux car d’origine très locale ; ils ont été abondamment utilisés dans les remparts de la Haute-Ville. Cependant, le bâti ancien de Granville est caractérisé par l’omniprésence de la granodiorite cadomienne, qui donne un aspect assez austère aux façades du centre historique. Cette granodiorite était importée des îles Chausey, très proches ; elle était utilisée surtout comme pierre de taille, et le plus souvent réservée aux encadrements et aux chaînages ; mais ses qualités de résistance ont été aussi exploitées pour réaliser des ouvrages imposants et pérennes tels que églises, quais, casernes…

Rempart de la Haute-Ville (porte ouest) et Caserne Bazeilles
Les schistes briovériens et la granodiorite cadomienne sont les deux principaux matériaux utilisés dans le bâti ancien, civil ou militaire, de la ville de Granville. Ils sont associés dans les anciennes casernes de la pointe du Roc, aujourd’hui réhabilités et transformés en logements ou en bâtiments municipaux. La granodiorite est employée comme pierre de taille dans les chaînages d’angle et les encadrements de portes et fenêtres ; les schistes, à patine brune, ont servi de moellons dans le montage des murs.
A survoler

Pignon sud de la caserne Bazeilles
Ce mur doit sa couleur essentiellement aux schistes briovériens à patine brune. La granodiorite des encadrements de fenêtres présente une couleur un peu rousse, liée à l’oxydation de ses constituants ferromagnésiens ; les pierres de taille des chaînages des cheminées correspondent à un faciès non altéré de la granodiorite, de teinte gris clair, caractéristique.
A survoler

La granodiorite gris clair du chaînage contraste avec les moellons de schistes briovériens gris verdâtre à bruns. La granodiorite cadomienne renferme le plus souvent des enclaves sombres, très caractéristiques.
A survoler
Rempart nord de la Haute-Ville
L’assise en encorbellement de cette échauguette est constituée par deux grosses pierres en saillie taillées dans la granodiorite cadomienne. La résistance de la granodiorite est mise à profit pour supporter la lourde charge de la construction.
Edifiée aux XVII et XVIIIe siècle, l’église Notre-Dame du cap Lihou est entièrement bâtie avec la granodiorite cadomienne amenée par bateau depuis les îles Chausey.
Installée dans une niche en granodiorite de la façade nord de l’église, cette statue de Sainte-Barbe (patronne des mineurs et des géologues), a été façonnée dans du calcaire, peut-être du Calcaire de Caen. Ce matériau est plus facile à travailler que la granodiorite ; par contre, il a très mal résisté à la corrosion provoquée par les embruns et les intempéries.
La granodiorite est très présente dans la Haute-Ville. Elle peut être utilisée seule dans l’édification des façades, mais elle est le plus souvent réservée aux linteaux et aux pierres d’appareil.
A survoler
Hôtel Ganne Destouche (XVIIIe siècle) dit le Refuge des chouans
La façade de cet hôtel particulier est entièrement édifiée en granodiorite cadomienne. Certaines pierres présentent une patine légèrement rousse liée à l’oxydation du fer.
Ancienne échoppe
Les grosses pierres de taille, dont la pierre d’étal, sont en granodiorite et les moellons sont en schistes briovériens.
Les dalles du trottoir et les pierres d’encadrement du portail sont aussi en granodiorite.
A survoler
Marches d’escalier en granodiorite
Les marches sont creusées sur le côté pour canaliser l’écoulement de l’eau.
Quai du port de Granville
Les puissantes parois, découvertes à chaque marée, sont en granodiorite qui est un matériau particulièrement résistant.
A survoler
Archipel des îles Chausey vu depuis le cap Lihou, au-delà de la tourelle de la Fourchie 
La granodiorite cadomienne était activement exploitée dans l’archipel des îles Chausey, situé à 16 km de Granville. Les pierres étaient amenées par gabarre (bateau plat) jusqu’à Granville.
A survoler
Quai de chargement et carrière à Chausey
La granodiorite cadomienne était extraite de petites carrières situées sur le rivage des îles ; elle était chargée dans un bateau plat à marée basse, embarquée à marée montante (le bateau étant soulevé par l’eau) puis transportée jusqu’au port de Granville.
A survoler
Pierres d’angle en Calcaire de Montmartin
La ville de Granville faisait venir la chaux, nécessaire à la construction, depuis la région de Montmartin, située à 20 km au Nord. La chaux était produite dans les nombreux fours à chaux de la région, à partir du Calcaire de Montmartin, d’âge carbonifère ; elle pouvait être transportée par la voie maritime à partir du port d’échouage de Regnéville. Le Calcaire de Montmartin fournissait aussi une excellente pierre de taille.
Maison de la ville basse
Les murs sont montés en schistes briovériens à patine brune. Les linteaux et encadrements de fenêtres sont en Calcaire de Montmartin, gris clair homogène.
A survoler

De Granville à Coutances (Manche)
Géologie et Bâti - Page 2 - Granville