De Granville à Coutances (Manche)
Briovérien inférieur - Diorite quartzite de Coutances - P2 - Bâti ancien de Coutances

La Diorite quartzique de Coutances (585 MA) a été utilisée comme matériau de construction de la même façon que les granodiorites de la Mancellia (560-540 MA), mais son utilisation est restée très locale. On peut l’observer dans le bâti ancien de la ville de Coutances et dans les environs jusqu’à Agon-Coutainville. Elle n’est plus exploitée actuellement.

De style gothique et construite au XIIIe siècle sur le point culminant de la ville, la cathédrale de Coutances intègre la diorite quartzique de Coutances dans ses murs. La diorite y est associée à des calcaires jurassiques, plus particulièrement utilisés dans les ouvrages sculptés tels que les portails.
A survoler

Portion de mur en diorite quartzique à l’extrémité gauche de la façade
La partie basse du mur, plus claire, est construite en pierres taillées dans un calcaire jurassique. La frise qui termine le mur est sculptée dans un calcaire jurassique beige clair à grain fin.
A survoler

La diortie quartzique remplit majoritairement les pans de murs délimités par les fines colonnes qui ornent l’extrémité droite de la façade. La couleur légèrement rousse de nombreuses pierres est due à l’altération.
Vue rapprochée de la Diorite quartzique
Les grands cristaux sombres et allongés sont constitués de hornblende (amphibole). L’andésine (feldspath plagioclase à 30-50% d’anorthite) se présente sous forme de gros cristaux subautomorphes blanc bleuté. Les interstices sont occupés essentiellement par le quartz.
Foliation de la Diorite quartzique
Les grands cristaux sombres et allongés de hornblende (amphibole) soulignent la foliation
Diorite quartzique altérée
Sous l’effet de l’altération, les cristaux se fragmentent, les minéraux ferromagnésiens libèrent des oxydes de fer qui donnent à la roche une teinte un peu rousse. L’amphibole est chloritisée et les feldspaths sont progressivement séricitisés.
A survoler
La diorite quartzique dans un mur du flanc sud de la cathédrale
Au-dessus de la corniche, les  pierres massives sont constituées de diorite quartzique typique. En dessous, de nombreux moellons de diorite sont traversés par des lignes sombres entrecroisées. Ce faciès particulier correspond à un faciès de bordure du massif de diorite quartzique de Coutances.
L’église Saint-Nicolas et sa façade
Située à 300m au nord de la cathédrale, l’église Saint-Nicolas est construite exclusivement en diorite quartzique. Cette église construite au XIVe siècle et remaniée jusqu’au XVIIe siècle, est actuellement utilisée par la ville comme centre d’expositions. On peut y observer facilement les différents faciès de la diorite quartzique.
A survoler
La diorite quartzique peut être observée dans les murs latéraux de l’église Saint-Nicolas que l’on peut suivre jusqu’à la rue du Palais de justice.
A survoler
Détail d’un mur de l’église St-Nicolas
La diorite est plus ou moins altérée ; la foliation est visible dans la plupart des moellons. Certains moellons présentent le faciès de bordure avec ses lignes sombres. 
Dans ce pan de mur, les deux faciès de la diorite quartzique sont mélangés.
A survoler
Le faciès de bordure de la diorite quartzique est plus clair, il possède un grain plus fin que le faciès banal. Il est plus riche en silice : il contient une plus forte proportion de quartz, des feldspaths alcalins et il est dépourvu d’amphibole. De plus, il est souvent parcouru par un fin réseau de micro-fractures où diffusent des oxydes noirs.
Le mur de la façade de l’église Saint-Nicolas présentant une forte proportion de diorite à faciès de bordure dans sa partie droite. Ce faciès a été exploité dans la bordure sud du massif dioritique, dans des anciennes carrières situées au nord de la ville et dont il ne reste plus de traces en dehors de la toponymie (lieu dit les Carrières).
A survoler
Contraste entre le faciès de bordure, leucocrate et riche en silice, et le faciès banal calco-alcalin, plus sombre et riche en amphibole. Ce dernier peut aussi être affecté par le réseau de micro-fractures à oxydes noirs.
La base de ce pilier est constituée par un gros bloc de diorite quartzique à amphibole traversée par des micro-fractures noires.
Moellons en diorite quartzique dans un mur de la ville de Coutances, le long du Jardin des plantes. La foliation et la présence de micro-fractures noires sont des indices de reconnaissance de ce matériau.
A survoler

De Granville à Coutances (Manche)
Briovérien inférieur - Diorite quartzite de Coutances - P2 - Bâti ancien de Coutances